la Céphilaventure au Canada
Une famille à la découverte du Canada d'Est en Ouest en camping-car

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques

Les Aventuriers
Notre Aventure
Notre camping car
Notre journal de bord

Sites favoris



Du 28-08-2013 au 30-08-2013 les Chutes du Niagara

 Du 28-08-2013 au 30-08-2013 les Chutes du Niagara   

Nous avons poursuivi notre route en Ontario, depuis le lac Supérieur, en reprenant la transcanadienne (route 17) jusque Sudbury, sous une chaleur torride…plus de 40 degrés les après-midis. Et non, nous n’avons pas la clim dans le camping-car…sauf dans la partie cabine de conduite…donc autant rouler (et être pilote et co-pilote) !

Nous avons assez d’assurance et d’insouciance pour ne pas nous inquiéter de savoir où nous allons passer la nuit, en nous laissant volontiers surprendre…en général nous n’avons jamais été déçus ! Cette fois-ci, après avoir redécouvert les paysages de l’Ontario, mêlant dans cette région du sud, forêts de feuillus (qui commencent à avoir des reflets jaunâtres signalant la fin de l’été), sur des terrains rocailleux, avec des marécages et des lacs…nous nous sommes arrêtés au Parc Provincial de Grundy Lake sur la route entre Sudbury et Toronto (Route 69). Cette dernière nous a permis de croiser à nouveau la route qu’empruntait certains voyageurs et trappeurs Français venant de Montréal, au niveau de la « French River » et le lac Nipissing. Ce dernier se jette dans le lac Huron. Le Parc Provincial de Grundy Lake est grand et regroupe plusieurs petits lacs permettant des activités nautiques en plus des tous les autres loisirs habituels autour de la randonnée, et avec plusieurs campings. La particularité du Parc semble prêter attention aux reptiles, car nous sommes mis en garde pour…ne pas les écraser! x

Autre mise en garde reçu depuis le passage dans le sud du Manitoba, mais que nous n’avions pas eu à l’aller : le risque d’infection par le virus du Nil, transmis par les moustiques ! Pas possible de ne pas faire piquer par ces petites bêtes, qui vous l’aurez compris, sont omniprésentes…mais des mesures de précautions s’imposent (vêtements longs, répulsifs, éviter les sorties nocturnes…) en sachant que certains d’entre eux sont suffisamment équipés pour piquer à travers un pantalon type jean ! Ce sont les personnes immunodéprimées qui sont le plus à risques, et d’après les informations générales reçues, la séméiologie nous rappelle les symptômes de la maladie de Lyme (surtout neurologiques).

Nous sommes surpris, car le jour tombe vite : à 20h30 il fait nuit ! C’est sûr, nous avons traversé 3 fuseaux horaires en quelques jours, et seulement 6h maintenant nous séparent avec la France. Nous sommes revenus franchement à l’Est. La nuit dans la forêt nous a offert un peu de fraîcheur, et requinqués par cette petite pause, avant de nous diriger vers la région de Niagara.

Ici aussi le choix du camping s’est fait par hasard (on prend celui de droite ou de gauche?), qui a été le bon…au point que nous y sommes revenus une 2ème nuit, pour prendre un peu de repos, après plusieurs jours de route. Le Camping de Shangri-La est familial, les emplacements assez grands, piscines, wifi…et il y a de fabuleux Hibiscus (énorme fleur sur petit pied !). x

 

Le paysage a changé pour laisser place à une campagne vallonnée, déroulant des cultures de céréales, de grands vergers débordants de fruits en cette saison, et de nombreux vignobles. Les étales en bord de route offre d’excellents fruits et produits locaux.  Tout cela nous a beaucoup rappelé l’Alsace. Nous avons fait un petit tour chez un viticulteur : ce sont de grandes propriétés. Celle que nous avons visitée, vend 16000 caisses (de 12 bouteilles) par an, une des plus petites. Les exploitations autour produisent plus de 400 000 caisses… Ils nous proposaient du Riesling, Pinot Noir, Gewürztraminer, Chardonnay…La fibre alsacienne de Célia s’est réveillée…ça fait bizarre de voir ces noms, loin de sa région. Cette production est surtout dédiée à l’exportation aux USA. Une petite dégustation nous a permis de les apprécier…même si nous avons trouvé qu’il manquait un peu de « profondeur » (nous savons qu’il y des œnologues avérés parmi nos lecteurs qui pourront peut-être nous donner un terme plus approprié), c’est sûr nous ne sommes pas objectifs! x

Un des points culminants de cette étape : les Chutes du Niagara ! Comme pour d’autres endroits hautement touristiques, nous avons adopté la stratégie suivante : on s’en rapproche pour la nuit (mais pas trop, pour éviter la hausse excessive des tarifs dans ces régions), et on y va le matin de bonne heure. C’était parfait, Baloo était le premier camping-car installé sur le parking dédié, et nous étions tout seul dans le double bus faisant la navette pour nous amener au point central des chutes, qui se trouve au centre de la ville du même nom! De loin (à 15km) on voyait déjà un nuage de vapeur s’élever comme un champignon dans le ciel bleu : c’était là! En face de nous : les Etats-Unis avec une partie plus restreinte et rocheuse des chutes, c’est le côté canadien qui détient la plus belle vue, et de face.

Les chutes sont situées sur la rivière Niagara qui relie les Lacs Ontario et Erié entre eux. Ce sont les chutes les plus connues du monde, pour leur largeur (675 m pour le fer cheval, la plus grande) plutôt que pour leur hauteur (une cinquantaine de mètres). Mais…qui se souvient où nous avons vu des chutes bien plus hautes ? La réponse est sur le blog…et le premier à nous soumettre la bonne réponse aura une récompense!

Leur débit dépasse 2800m3/seconde, et cette puissance est utilisée en énergie hydro électrique. Ce débit et cette force de l’eau a rapidement usé la roche, puisque des études ont permis de montrer qu’entre 1600 et 2005, les chutes ont reculé de plus de 100 mètres.    

Dès les années 1800, elles deviennent un lieu « touristique », avec la naissance d’hôtels, auberges et animations de tout genre !

xx

xx

Nous nous sommes promenés tout le long, et avons bien été rafraichis par les gouttelettes d’eau, car il faisait déjà très très chaud! Nous avons tenté de rester centrés sur le côté naturel, qui est fabuleux.

Côté aventuriers : un peu fatigués par cette lourde chaleur, chacun a commencé à penser à sa rentrée…


Publié à 18:11, le 30/08/2013, dans Notre journal de bord, Niagara Falls
Mots clefs :
Ajouter un commentaire

Niagara falls


Nous on a vu les chutes de Montmorency (gelées) à Québec et qui étaient (à l'époque :) ) plus hautes que celles du Niagara....

Publié par les voisins à 14:38, 8/09/2013

Lien